jeudi 7 octobre 2021

Le Mémento 2021-2022 du SNASUB-FSU est arrivé ! Si vous n’êtes pas adhérent·es et que vous désirez un exemplaire, n’hésitez pas à prendre contact le SNASUB Toulouse : snasub.ac-toulouse@orange.fr

mercredi 6 octobre 2021

ADHERER AU SNASUB  :


Pourquoi se syndiquer aujourd’hui ?
Quelle que soit la conjoncture politique, économique et sociale, les personnels ont intérêt à s’unir et à s’organiser, de manière permanente, pour défendre leurs intérêts professionnels, lutter contre les inégalités et imposer la satisfaction de leurs revendications.
L’action syndicale, c’est la défense de chacun et de chacune dans le respect du droit de tous, au sein des commissions paritaires ou par le biais d’interventions auprès des responsables des agents concernés ; la défense collective des personnels, dans les différentes instances ou à l’occasion d’audiences auprès des diverses autorités ; mais l’action syndicale, c’est aussi l’organisation de mobilisations les plus massives et les plus unitaires possibles.

Adhérer au SNASUB
C’est renforcer un syndicat qui a déjà fait la preuve de son efficacité et de sa représentativité, puisqu’il est à la fois présent dans les luttes et dans de nombreux organismes paritaires.
Adhérer au SNASUB, c’est choisir l’intercatégorialité et l’inter- sectorialité contre le corporatisme.
Adhérer au SNASUB, c’est rejoindre un syndicat qui affirme l’importance du rôle des personnels non-enseignants au sein du système éducatif dans la réussite des élèves et des étudiants.
Adhérer au SNASUB, c’est choisir la FSU, première force syndicale de l’Education, la Recherche et la Culture ; c’est se retrouver, ensemble, au sein d’une fédération puissante et combative.
N’oubliez jamais que c’est de vous, de votre implication que dépendra la satisfaction de vos revendications. Unis et organisés, vous représentez une force considérable. Alors, n’hésitez plus, faites entendre votre voix, syndiquez-vous.
Rejoignez le SNASUB-FSU


Pour vous syndiquer, télécharger le bulletin d'adhésion et le renvoyer
à SNASUB-FSU 52 rue Jacques Babinet 31100 TOULOUSE

bulletin adhésion 2021/22

vendredi 24 septembre 2021

5 octobre : grève interprofessionnelle Intersyndical Grève et manifestation interprofessionnelles pour nos salaires, nos emplois, nos conditions de travail et d’études Manifestation à 10h30 au départ d’Arnaud Bernard 5 octobre 2021 : Grève et mobilisation pour gagner Les organisations syndicales représentatives de la Fonction publique CGT, FO, FSU, Solidaires et FA-FP appellent l’ensemble des fonctionnaires et agents-es publics à cesser le travail le 5 octobre 2021 et à participer aux mobilisations organisées avec le secteur privé. Subissant depuis des années des politiques publiques d’austérité qui ont dégradé considérablement leurs conditions de travail et leur pouvoir d’achat, les fonctionnaires et agents-es publics s’inscrivent dans les revendications portées sur le plan interprofessionnel, notamment : • l’augmentation générale des salaires par la revalorisation du point d’indice et l’amélioration de la grille indiciaire, ainsi que des mesures fortes pour gagner l’égalité professionnelle, • l’arrêt des suppressions de postes et des recrutements partout où c’est nécessaire, • l’abandon du projet de loi 3DS, des restructurations et le maintien et le développement de services publics de proximité, • l’arrêt des emplois précaires et la mise en place d’un plan massif de titularisation et/ou de CDIsation, • l’engagement que la réforme portant sur un régime universel des retraites ou la remise en cause des régimes spéciaux est abandonnée. Tout en réaffirmant que la priorité doit être à la mise en œuvre des moyens indispensables pour protéger la santé de la population et des salariés-es en particulier, dont fait partie aujourd’hui la vaccination à laquelle chacun doit pouvoir accéder, nous rappelons qu’il est inacceptable de sanctionner un-e agent-e sur un plan professionnel au regard de choix personnels, le tout sans possibilité de débat contradictoire par la saisine des CAP ou CCP. C’est pourquoi, nos organisations refusent toute suspension des agents-es et interruption de leur rémunération et demandent le retrait de cette disposition du projet de loi. Elles revendiquent davantage de moyens pour la santé et l’hôpital public et, globalement, des budgets 2022 en rupture avec les politiques d’austérité. Face à un Président de la République et un Gouvernement qui continuent de faire la sourde oreille aux revendications portées par les organisations syndicales des travailleurs-euses, il est temps de nous faire entendre ! Nos organisations syndicales apportent leur soutien à toutes les mobilisations en cours notamment à l’Éducation nationale le 23 septembre prochain et en solidarité avec les retraités-es le 1er octobre 2021, processus de lutte qui doivent converger le 5 octobre prochain. Ensemble, public, privé, soyons solidaires et prenons notre destin entre nos mains ! En grève et aux manifestations le 5 octobre 2021 ! Fait à Paris le 17 septembre 2021
FONCTION PUBLIQUE : l’échec d’une politique salariale La FSU est intervenue lors de la conférence salariale au ministère de la Fonction publique en exigeant principalement une revalorisation d’urgence de 5% de la valeur du point d’indice et l’ouverture d’une véritable négociation à l’échelle de l’ensemble de la Fonction publique. La ministre annonce un «cycle de discussions» mais sans aucun bouger sur la valeur du point d’indice : c’est inacceptable, surtout en période de reprise de l’inflation. La seule annonce a été le relèvement du minimum Fonction publique pour l’aligner sur la hausse du SMIC. La ministre prétend qu’une revalorisation de la valeur du point serait «trop uniforme»voire « inégalitaire». Or, la FSU a fait la démonstration que les agent-es les moins bien rémunéré-es en sont tout autant victimes: par exemple, les catégories C pour lesquelles il y aeu de timides annonces en juillet, ou encore les AESH,accompagnant-es des élèves en situation de handicap pour lesquel-les des possibilités -trop faibles-d’avancement avaient été présentées: la plupart des perspectives ouvertes se trouventaussitôt refermées carrattrapées par l’inflationet la hausse du SMIC. Rien de sérieux ne peut donc être fait sans, a minima, l’indexation de la valeur du point sur l’inflation. La FSU exige aussi que le sujet de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes soit sérieusement traité. Le développement des régimes indemnitaires est globalement défavorable aux femmeset les métiers les plus féminisés restent les moins bien rémunérés à qualification égale. Les diagnostics existent, il faut dépasser les constats et supprimer les écarts salariaux. Plusieurs secteurs de la Fonction publique subissent une véritable crise de recrutement, les salairesdécrochent, les conditions de travail ne cessent de se dégrader en raison d’une poursuite de l’austérité budgétaireet des suppressions de postes: il est urgent d’agir. Le refus de la ministre réitéré ce matin appelle à la mobilisationpour imposer nos revendications: le 23 septembre dans l'Education Nationale le 5 octobredans le cadre interprofessionnel, montrons notre détermination à obtenir une autre politique salariale. Les Lilas, le 21 septembre 2021

mercredi 8 septembre 2021

PLAN D'URGENCE DANS L'EDUCATION MOBILISONS NOUS LE 23 SEPTEMBRE 2021

Le communiqué commun des organisations FSU, CGT, FO, Sud Solidaires Pour un plan d’urgence dans l’éducation, pour les postes, les salaires, l’amélioration des conditions de travail. Appel à se mobiliser dès la rentrée, à se mettre en grève le 23 septembre et à préparer la mobilisation interprofessionnelle Pour un plan d’urgence dans l’éducation, pour les postes, les salaires, l’amélioration des conditions de travail. Appel à se mobiliser dès la rentrée, à se mettre en grève le 23 septembre et à préparer la mobilisation interprofessionnelle. L’École a été soumise à rude épreuve et les personnels ont terminé l’année dans un état de fatigue rarement atteint. La rentrée 2021 est de nouveau marquée par le manque d’anticipation et la confusion de la politique suivie face à la poursuite de la crise sanitaire. Par ailleurs, alors que cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création massive de postes pour l’éducation dans un contexte qui a rendu plus compliquée la progression des apprentissages, le ministère poursuit une politique qui va à rebours des besoins du service public : – refus de créer un collectif budgétaire pour la création de postes d’enseignant.es, de CPE, AED, AESH, de PsyEN, de RASED, de personnels administratifs, techniques, santé et sociaux dans les écoles, les établissements et les services pour répondre aux besoins et annuler les suppressions de postes notamment dans le 2d degré où le déploiement d’heures supplémentaires est une réponse inadaptée – publication de la circulaire de rentrée sans qu’aucune concertation préalable n’ait été organisée. De plus, son contenu relève davantage de la promotion de la politique ministérielle. Encore une fois, le ministre est dans le déni de réalité en refusant de prendre les mesures nécessaires. Cette absence d’anticipation et de prise de décisions est irresponsable au regard des enjeux de gestion et de sortie de crise. Les annonces du Grenelle ont confirmé qu’il n’y aurait pas de loi de programmation pluriannuelle. Un renoncement de plus qui ne répond pas aux attentes salariales des personnels et en exclut la majorité. Au-delà de la deuxième tranche de la prime d’attractivité, très insuffisante pour rattraper les retards, il est bien difficile de voir de quelconques perspectives de revalorisation pour les années à venir. Il est urgent d’augmenter les salaires de tous les personnels. Nos organisations dénoncent l’ensemble de ces mesures qui tournent le dos à la priorité à l’éducation et cherchent à transformer en profondeur les métiers dans le sens de contraintes supplémentaires sur les personnels : projet de création d’un emploi fonctionnel de directeur d’école et de hiérarchies intermédiaires, pilotage par l’évaluation. Nous ne pouvons accepter de tels reculs. Nos organisations refusent la généralisation du contrôle continu et demandent le rétablissement du baccalauréat national pour la session 2022, avec des épreuves nationales, terminales et anonymes. Notre École ne peut fonctionner sans moyens supplémentaires et sans personnels revalorisés et reconnus dans leurs expertises professionnelles. Elles appellent les personnels à la grève le 23 septembre. Elles appelleront à poursuivre ces actions, en particulier dans le cadre d’une mobilisation interprofessionnelle.

 Nouveaux coordonnées 

pour le SNASUB TOULOUSE :

Vous pouvez nous joindre par mail au contact@snasub-toulouse.fr

ou par téléphone au : 06 72 75 46 93.

mercredi 20 janvier 2021

 EN GREVE

   

Lieux de rendez vous manifestations :
 
Toulouse : 11h30 Médiathèque en direction monument aux morts
 Albi 14h00, Place du Vigan
Montauban : 14 h30 préfecture 
Foix : 13h30 devant le collège Lakanal
Rodez : 14 h préfecture 
Auch : 11 h place de la libération
Tarbes : 10h30 place de la mairie
Cahors : 11h place Chapou