samedi 28 avril 2018

1er mai  2018 : UNIS POUR LA PAIX , LA JUSTICE ET LE PROGRES SOCIAL

Toulouse : Manifestation, 10 heures à Esquirol 

Saint–Gaudens : rassemblement, 10 heures, place Jean-Jaurès


Nos organisations font le constat que les salariés, actifs, retraités et privés d’emploi aspirent à vivre mieux dans un monde de justice, de progrès social et de paix. Pourtant, alors que les richesses créées par les travailleuses et les travailleurs de ce pays n’ont jamais été aussi élevées, les conditions de travail et de vie se dégradent sous les coups de boutoir du MEDEF et de son gouvernement.

Pour accroître les bénéfices des actionnaires, le capital comprime les salaires, diminue le pouvoir d’achat et augmente le temps de travail.

Dans la 5ème puissance économique mondiale, les contre-réformes réactionnaires successives repoussent des millions de salariés et leurs familles à l’écart de la prospérité. Elles condamnent les salarié-es, les étudiant-es, les citoyens à prendre tous les risques pendant que les actionnaires encaissent tous les bénéfices. C’est bien d’un affrontement de classe qu’il s’agit dans lequel Solidarité et démocratie sont mises à mal par la casse des Services Publics et de la Sécurité Sociale.

Les attaques contre la capacité des travailleuses et des travailleurs à intervenir dans la gestion des entreprises sont incessantes. Elles vont de pair avec celles contre la représentation des citoyens et leur possibilité d’intervention dans la vie politique ainsi qu’une aggravation des conditions d’accueil des migrants par des dispositions uniquement répressives.

Les déploiements policiers disproportionnés, souvent accompagnés de violences notables comme à NotreDame-des-Landes ou bien encore dans les universités et dans les entreprises en lutte, visent non seulement à réprimer le mouvement social, mais aussi à faire peur aux citoyens pour les décourager de venir dans la rue manifester leur détermination à défendre leurs droits et leurs revendications.

Les conflits armés auxquels la France et l’Europe sont associés se multiplient. Guerres, destructions, dégradations environnementales sont les marques d’un capitalisme qui cherche à étendre encore et toujours ses bénéfices. L’être humain et la planète ne sont plus considérés que comme des instruments de profits.

Et pourtant, dans ce contexte, les salariés, les citoyens ont décidé de relever la tête, de se saisir de leurs organisations et de se mobiliser massivement pour vivre mieux, au travail comme dans la société. C’est le sens du combat des salariés et de la jeunesse dans les universités, à la SNCF, d’Air France, des EHPAD… et bien d’autres qui se battent pour une société plus juste, plus égalitaire, plus ouverte dans laquelle l’être humain, et la satisfaction de tous les besoins sociaux doivent primer sur toute autre considération.

La lutte actuelle des Cheminots, soutenue par les usagers de la SNCF, contre la privatisation de l’entreprise publique et la fermeture de lignes est notamment symbolique de ce combat pour une autre conception de la société. Il est possible de changer de société ! Nous appelons les salariés (actifs, retraités, sans emplois), les citoyens, la jeunesse à se saisir de leurs organisations, syndicats, partis politiques, associations, mouvements et à participer massivement aux initiatives qui visent à élargir le rapport de force. A cet effet, nous appelons à un 1er Mai d’ampleur pour exprimer la solidarité internationale des travailleuses et des travailleurs en lutte, exiger la paix et la prospérité pour toutes et tous. 
Signataires : CGT31, FSU31, Solidaires 31, UET, UNEF, RESF, PG, PCF, FI, PS, NPA, PCOF, GDS31, Ensemble, Génération- s31, DAL 31, MJCF, Copernic, UPT, Mouvement de la Paix, MUTAMI, Comité de défense de l’hôpital public,

vendredi 27 avril 2018


Construire les mobilisations sans plus attendre !

Après la réussite des grèves et des manifestations des 12 septembre, 10 octobre et 22 mars et les diverses mobilisations interprofessionnelles, la FSU31 attend de la FSU nationale une meilleure inscription, volontariste, dans les mobilisations de la période, avec une stratégie permettant à de plus en plus de personnels de s’y associer. Il est nécessaire maintenant de relier les luttes des différents secteurs car toutes viennent s’opposer à un projet politique commun, celui de la destruction d’un modèle social et des services publics qui le porte, par leur marchandisation et leur mise en concurrence. Parce qu’aussi le sort réservé au statut des agents de la FP ne peut être dissocié de ce qui se trame pour celui des cheminots, ou de ce qui a été fait pour les salarié-e-s du privé via les lois travail. C’est la même logique comptable et de déréglementation qui est à l’œuvre, ce qui rend incontournable la dimension interprofessionnelle. Un plan d’action est nécessaire pour que les personnels et au-delà l’ensemble des salarié-e-s, retraité-e-s, privé-e-s d’emploi et jeunes s’emparent plus largement des enjeux de la période.
Le gouvernement s’emploie au démontage systématique de tout ce qui peut créer de l’égalité et de la justice dans notre société, nous devons amplifier un mouvement qui l’arrête dans son projet. La FSU doit également dans cette période mieux donner à voir, aux personnels comme aux usagers, la logique d’ensemble de la politique éducative en cours 
Le CDFD de la FSU31 demande à la FSU d’annoncer rapidement à la profession un cadre d’actions qui permette à la profession de se projeter dans les semaines qui viennent et de mieux s’emparer des raisons de se mobiliser. Nous proposons que soit élaboré très rapidement un calendrier alternant des journées de mobilisations sans retrait de salaire et des journées de grève qui correspondent au calendrier de lutte des cheminot-e-s. 
Ainsi, le CDFD de la FSU31 propose d’ores et déjà, au-delà d’un préavis de grève déposé par la FSU nationale et couvrant la période jusqu’aux vacances d’été :
- Un appel au 19 avril et au 3 mai
- Un appel le plus en amont possible à un 1er mai exceptionnel, tourné vers la question de l’intérêt général.
- La construction d’un rassemblement, par exemple le samedi 5 mai, le plus large possible au-delà des organisations syndicales, avec des associations et partis politiques progressistes, après un 1er mai déjà construit dans cette logique et ce cadre.
- Des journées de grève, de manifestation et d’action bien au-delà de celles que les organisations de la FP ont programmées ou envisagent le 22 mai et à la mi-juin et dont on ne peut pas se contenter. 
Un tel calendrier donnerait aux collègues la certitude que nous sommes réellement, pleinement et sans hésitation, engagé-e-s dans un mouvement qui a du sens et des perspectives. Il contribuerait à donner l’élan pour développer les nécessaires débats sur nos lieux de travail.
En Haute-Garonne, la section départementale FSU appelle aux 19 avril avec la CGT et Solidaires et s’attache d’ores et déjà à construire avec la CGT et les organisations de transformation sociale qui le souhaitent, dans le cadre le plus large possible, les mobilisations des 1er, 3 et 5 mai.
Motion du CDFD FSU31 adoptée à l’unanimité lors de sa réunion du jeudi 12 avril 2018

jeudi 22 mars 2018

ADHERER AU SNASUB  :


Pourquoi se syndiquer aujourd’hui ?
Quelle que soit la conjoncture politique, économique et sociale, les personnels ont intérêt à s’unir et à s’organiser, de manière permanente, pour défendre leurs intérêts professionnels, lutter contre les inégalités et imposer la satisfaction de leurs revendications.
L’action syndicale, c’est la défense de chacun et de chacune dans le respect du droit de tous, au sein des commissions paritaires ou par le biais d’interventions auprès des responsables des agents concernés ; la défense collective des personnels, dans les différentes instances ou à l’occasion d’audiences auprès des diverses autorités ; mais l’action syndicale, c’est aussi l’organisation de mobilisations les plus massives et les plus unitaires possibles.

Adhérer au SNASUB
C’est renforcer un syndicat qui a déjà fait la preuve de son efficacité et de sa représentativité, puisqu’il est à la fois présent dans les luttes et dans de nombreux organismes paritaires.
Adhérer au SNASUB, c’est choisir l’intercatégorialité et l’inter- sectorialité contre le corporatisme.
Adhérer au SNASUB, c’est rejoindre un syndicat qui affirme l’importance du rôle des personnels non-enseignants au sein du système éducatif dans la réussite des élèves et des étudiants.
Adhérer au SNASUB, c’est choisir la FSU, première force syndicale de l’Education, la Recherche et la Culture ; c’est se retrouver, ensemble, au sein d’une fédération puissante et combative.
N’oubliez jamais que c’est de vous, de votre implication que dépendra la satisfaction de vos revendications. Unis et organisés, vous représentez une force considérable. Alors, n’hésitez plus, faites entendre votre voix, syndiquez-vous.
Rejoignez le SNASUB-FSU


Pour vous syndiquer, télécharger le bulletin d'adhésion et le renvoyer
à SNASUB-FSU 52 rue Jacques Babinet 31100 TOULOUSE

http://www.snasub.fr/IMG/pdf/Bulletin_d_adhesion_toulouse.pdf